Double Rencontre ou Presque…

Double rencontre du 21 Octobre 2017

  • Toulouse HAWKS / ALFA Lyons
  • AVIATORS (Blagnac) / Coyotes de Cergy-Pontoise

5h du mat’

La journée commence par l’annulation du match entre les Aviators et Cergy à cause d’un soucis de train, ou plus précisément un soucis de billets de train, restés au chaud dans le sac d’un joueur qui dormait encore à l’heure du départ du train.

Le match entre Toulouse et Lyon a donc été décalé à 14h30.

10h

En ouvrant leurs volets, les toulousains ont vite compris que seuls les crampons vissés allaient être utiles pour ce premier match de la saison.

L’attente était forte chez les Toulousains, qui avaient hâte de tester leur travail et les efforts du début de saison face au champion de France en titre : les ALFA Lyons

L’avant-match

La motivation s’est ressentie lors de l’arrivée des joueurs au stade, les visages étaient fermés, les sourires crispés, et les toilettes bouchées. Malgré ça, la joie de se retrouver entre copains pour jouer un match de footy était là et les joueurs étaient pressés d’en découdre.

L’arbitre, lui, était plus détendu. Venant tout droit d’une soirée à La Rochelle, il se contentait de dormir dans sa voiture afin d’être plus lucide pendant le match (et pour ne pas vomir aussi).

C’est dans cette ambiance chatoyante que les lyonnais ont été accueillis au Stade Sordelo, avec le sourire et un sac d’orange, avant de rejoindre leur vestiaire. A côté de ce dernier, les Toulousains étaient déjà en tenue, prêts pour l’échauffement.

Après avoir constaté que la pluie persévérait et que la pluie ça mouille, le capitaine Alexis a recadré ses joueurs et a entamé un échauffement classique : passes à la mains, passes au pied, kicks en courses, kicks au goals etc…

A 5 minutes du début du match l’arbitre finissait son dernier rêve avant de se changer, boire un peu d’eau, prendre un doliprane et remplir les papiers officiels.

Le match

1er quart temps : 29/10

2eme quart temps : 57/26

3eme quart temps : 89/40

4eme quart temps : 116/50

Les 2 équipes ont du mal à rentrer dans le match et à mettre de l’intensité. Le combat se concentre au milieu du terrain, mais les Toulousains arrivent à mieux envoyer les ballons en vers les attaquants. Le jeu n’est pas beau, et Toulouse mène à la fin du premier quart-temps : 29/10

Le second quart-temps donne plus l’impression d’assister à un match de football australien. Le discour des capitaines à la pause semble faire leur effet. Les passes sont plus propres, le jeu est moins aléatoire, et donc plus serré. Les 2 équipes s’appliquent à bien défendre, mais le ruck Toulousain prend l’avantage sur le ruck lyonnais, ce qui permet à Toulouse d’avoir plus d’occasions et creusé légèrement son avance : 57 à 26 pour Toulouse à la mi-temps.

La pluie décide de nous laisser tranquille à la mi-temps, le niveau de jeu continue à s’améliorer. La défense toulousaine impressionne, présente dans tous les duels, ce quart-temps s’annonce compliqué pour l’attaque lyonnaise. Les milieux leurs font confiance, ils sont plus offensifs et distillent plusieurs caviars à leur attaquants, qui les concrétisent. Les lyonnais ne savent plus comment jouer et Toulouse s’envole. 89/40 à la fin du 3ème quart-temps.

Pour le quatrième quart-temps, le moral de Lyon n’est pas au mieux mais ils continuent de vendre chèrement leur peau. C’est sans compter sur Toulouse qui continue à dominer les rucks et à bien défendre. On sent que les 2 équipes ont travaillé en ce début de saison et veulent le montrer. Il y a peu d’occasions dans ce dernier quart-temps, mais Toulouse est plus précis. Victoire toulousaine : 116 à 50

Les 2 équipes se saluent et se donnent rendez-vous au Black Lyon pour la 3ème mi-temps. Cette dernière sera bien plus longue que les 2 premières puisqu’elle finira à 6h.

On remerciera pour cette journée :

  • la buvette qui a permis d’abriter plusieurs spectateurs,
  • le Black Lyon, qui nous a privatisé une salle,
  • les billets de train des Coyotes de Cergy,
  • les Bayonnais qui sont venus pour jouer avec les Aviators,
  • Chris, l’arbitre qui aime l’alcool.

Composition de Toulouse :

Back : Julien GIL, Anthony BERNAD, Matthieu LEGOFF, Pierrick FRANCESCHI, Cyrille GANDOLFO

Midfielder : Alexis DUPLOYEZ (cap), Ludovic BARRAT, Gregoire PATACQ, Emilien MARTINEZ, Stephane WEZEL, Mathieu NIRASCOUForward : Simon MONDIN, Jérémy SARDIN, Alexandre PAILLES, Marc-Antoine SAPIJANSKAS

Bras de fer chez les Hawks

Etre une petite association en développement n’est pas toujours facile. C’est pourquoi, quand on peut s’entraider, les Hawks répondent présent.

Avec les intempéries qui s’abattent sur Toulouse et les arrêter municipaux qui s’enchainent quand l’association de bras de fer de Toulouse : Le Toulouse Armwrestling Club nous invite à leur entrainement c’est avec plaisir que nous envoyons nos meilleures recrues.

Et les cobayes sont :

  • L’homme aux grandes paluches : Stéphane Wezel
  • L’homme aux bras d’acier : JyBen Grand
  • Et le plus fort d’entre nous (chut… c’est le président) : Stéphane Gauthier

Arrivés à la salle de CrosFit des Minimes, c’est Pauline Castillo qui nous accueille et nous explique les bases de ce sport. Tous les membres nous expliquent comment nous placer. Comment faire pour gagner les combats dans les bars à des heures impossibles.

Ne comptez pas sur nous pour tout vous révéler. Si vous voulez battre ces trois enragés, il vous faudra suivre ce lien et contacter le TAC.  

Nul doute que vous retrouverez le cross over de nos deux disciplines d’ici peu.

En attendant, ne restez pas les bras croisés, et attention à la technique du petit doigt.

Petit Footy Noël

Alors que la France rendait un dernier hommage à notre Johnny national, les HAWKS avaient rendez-vous à Perpignan pour leur premier (vrai) match à l’extérieur.

Si une partie de l’équipe avait profité de l’occasion pour passer un week-end en famille dans les Pyrénées Orientales, c’est en minibus que le gros de l’équipe s’est rendu en terres catalanes. En sa qualité d’organisateur des déplacements, le « Commandant Jyben » avait été clair « Rendez-vous à 10h au parking d’Auchan à Balma ». Et pour une fois, la consigne a été respectée par tous….Tous ??? Non….Monsieur Aurélien Vidal avait décidé de retarder le convoi prétextant une panne de portable. Pas de quoi l’envoyer aux Pénitencier. Mais impossible pour nous de se moquer, notre boulet de l’année dernière est aujourd’hui notre arbitre.

Est improvisée une pause repas plus ou moins diététique à base de sandwich sans gluten, de salade maison sans couvert ou de plats préparés Marie. Apparemment, certains n’ont pas prévu de beaucoup courir sur ce match (l’arbitre). C’est avec la rétrospective de notre Johnny national que nous arrivons en terre catalanes où le reste de l’équipe nous attend déjà. Une chose est sure l’envie de gagner ce match est là.

Le sort du match semblait déjà connu d’avance puisqu’à 14 contre 8 la lutte allait être difficile pour les Perpignanais. Mais aujourd’hui, c’est l’occasion pour les joueurs présents de montrer de quoi ils sont capables. C’est le dernier match avant la trêve hivernale et les prochains matchs vont être déterminants pour le reste de la saison. C’est pourquoi, c’est aujourd’hui que se gagnent les futures places sur le terrain. Autant pour ceux qui sont l’idole des jeunes que ceux qui disent « Je te promets je vais mieux jouer ». Il est déjà temps de s’échauffer.

Difficile pour nous de vous faire vivre pour le meilleur ce match car le manque de joueurs dans l’équipe adverse a fait tanguer les Toulousains entre un excès de confiance et de nouvelles tentatives offensives. Pour tout vous dire, on n’y etait pas à sang pour sang. Quand c’est noir c’est noir.

Malgré l’extrême combativité des Catalans sur un match difficile pour eux, le match se finira comme  annoncé avec un score de 47 à 153.

Le match terminé, après avoir remercié les Perpignanais pour leur accueil, pris une douche,  on fait quoi, on rentre à Toulouse ??? Je ne crois pas…. On ne va pas oublier de vivre. Les Hawks manigançaient quelque chose depuis des semaines. Une surprise qui était prévue pour 21h30. Seul hic, il est 17h30… Heureusement il y a toujours des boules de pétanques qui restent dans le fond d’une voiture et c’est un tournoi en triplette qui s’organise à deux pas du stade. Les invaincus de ce tournoi se reconnaitront, ils s’en vantent encore.

Comme je ne retiens pas la nuit et que le froid se fait sentir, c’est le moment d’aller tuer le temps ailleurs. On vous passera les faux plans du capitaine au marché de noël du Barcarès, payant avec 1h de queue. C’est donc avec près de 2h d’avance que nous arrivons au…GRAND BUFFET DE NARBONNE.

On fait quoi un samedi soir à Narbonne quand on a rendez vous pour se blinder le bide au grand buffet dans 2h…. Un bowling. S’engage alors une partie endiablée où les boules roulent si vite qu’elles semblent allumer le feu aux quilles.

Après cette partie qui se finira en toute hâte (faudrait pas arriver à la bourre finalement !!!), nous prenons place à notre table. Après le Top départ de Louis (notre serveur) c’est la ruée vers l’or. On en voit certains se donner comme jamais en tous cas plus que sur le terrain. Les sangliers en sauce ou les blanquettes de veau nous rappellent des souvenirs, souvenirs. Mais ce n’est plus le moment de faire le choix entre la viande ou le poisson, la charcuterie ou les crustacés, les patates ou les frites, on prendra de tout et tout de suite. C’est le ventre bien rempli que nous décollons (surtout parce que le personnel nous fout dehors…) vers notre capitale.

Ainsi s’achève le périple des Hawks en terres catalanes.

A très vite pour de nouvelles aventures. Mais une chose est sûre un jour viendra cette coupe on Laura.

On remerciera :

Aurélien pour son portable, cause de son retard

Jérémy pour avoir fait le trajet sans phare

Pierrick pour avoir battu le record du nombre d’assiettes sales

Stéphane pour avoir réussi à prendre ses décisions seul devant le buffet

Simon qui préfère retarder son retour à Toulouse pour cause de mal de ventre

Ludo qui a fait exploser le nombre de ses entorses à son régime pour l’année.

Taguy pour ce super premier match

Composition:

Défense: Stéphane GAUTHIER, Pierrick FRANCESCHI , Mathieu LE GOFF, Frédéric BECQUIER,

Milieu: Alexis DUPLOYEZ , Stéphane WEZEL ,Simon MONDIN ,Jeremy SARDIN , Emilien MARTINEZ , Mathieu NIRASCOU , Ludovic BARAT

Attaque: Benjamin GRAND, Léo DALLET ,  Tanguy EVARD, Anthony BERNAD

Footy à la Catalane

Alors que la France rendait un dernier hommage à notre Johnny national, les HAWKS avaient rendez-vous à Perpignan pour leur premier (vrai) match à l’extérieur.

Si une partie de l’équipe avait profité de l’occasion pour passer un week-end en famille dans les Pyrénées Orientales, c’est en minibus que le gros de l’équipe s’est rendu en terres catalanes. En sa qualité d’organisateur des déplacements, le « Commandant Jyben » avait été clair « Rendez-vous à 10h au parking d’Auchan à Balma ». Et pour une fois, la consigne a été respectée par tous….Tous ??? Non….Monsieur Aurélien Vidal avait décidé de retarder le convoi prétextant une panne de portable. Pas de quoi l’envoyer aux Pénitencier. Mais impossible pour nous de se moquer, notre boulet de l’année dernière est aujourd’hui notre arbitre.

Est improvisée une pause repas plus ou moins diététique à base de sandwich sans gluten, de salade maison sans couvert ou de plats préparés Marie. Apparemment, certains n’ont pas prévu de beaucoup courir sur ce match (l’arbitre). C’est avec la rétrospective de notre Johnny national que nous arrivons en terre catalanes où le reste de l’équipe nous attend déjà. Une chose est sure l’envie de gagner ce match est là.

Le sort du match semblait déjà connu d’avance puisqu’à 14 contre 8 la lutte allait être difficile pour les Perpignanais. Mais aujourd’hui, c’est l’occasion pour les joueurs présents de montrer de quoi ils sont capables. C’est le dernier match avant la trêve hivernale et les prochains matchs vont être déterminants pour le reste de la saison. C’est pourquoi, c’est aujourd’hui que se gagnent les futures places sur le terrain. Autant pour ceux qui sont l’idole des jeunes que ceux qui disent « Je te promets je vais mieux jouer ». Il est déjà temps de s’échauffer.

Difficile pour nous de vous faire vivre pour le meilleur ce match car le manque de joueurs dans l’équipe adverse a fait tanguer les Toulousains entre un excès de confiance et de nouvelles tentatives offensives. Pour tout vous dire, on n’y etait pas à sang pour sang. Quand c’est noir c’est noir.

Malgré l’extrême combativité des Catalans sur un match difficile pour eux, le match se finira comme  annoncé avec un score de 47 à 153.

Le match terminé, après avoir remercié les Perpignanais pour leur accueil, pris une douche,  on fait quoi, on rentre à Toulouse ??? Je ne crois pas…. On ne va pas oublier de vivre. Les Hawks manigançaient quelque chose depuis des semaines. Une surprise qui était prévue pour 21h30. Seul hic, il est 17h30… Heureusement il y a toujours des boules de pétanques qui restent dans le fond d’une voiture et c’est un tournoi en triplette qui s’organise à deux pas du stade. Les invaincus de ce tournoi se reconnaitront, ils s’en vantent encore.

Comme je ne retiens pas la nuit et que le froid se fait sentir, c’est le moment d’aller tuer le temps ailleurs. On vous passera les faux plans du capitaine au marché de noël du Barcarès, payant avec 1h de queue. C’est donc avec près de 2h d’avance que nous arrivons au…GRAND BUFFET DE NARBONNE.

On fait quoi un samedi soir à Narbonne quand on a rendez vous pour se blinder le bide au grand buffet dans 2h…. Un bowling. S’engage alors une partie endiablée où les boules roulent si vite qu’elles semblent allumer le feu aux quilles.

Après cette partie qui se finira en toute hâte (faudrait pas arriver à la bourre finalement !!!), nous prenons place à notre table. Après le Top départ de Louis (notre serveur) c’est la ruée vers l’or. On en voit certains se donner comme jamais en tous cas plus que sur le terrain. Les sangliers en sauce ou les blanquettes de veau nous rappellent des souvenirs, souvenirs. Mais ce n’est plus le moment de faire le choix entre la viande ou le poisson, la charcuterie ou les crustacés, les patates ou les frites, on prendra de tout et tout de suite. C’est le ventre bien rempli que nous décollons (surtout parce que le personnel nous fout dehors…) vers notre capitale.

Ainsi s’achève le périple des Hawks en terres catalanes.

A très vite pour de nouvelles aventures. Mais une chose est sûre un jour viendra cette coupe on Laura.

On remerciera :

Aurélien pour son portable, cause de son retard

Jérémy pour avoir fait le trajet sans phare

Pierrick pour avoir battu le record du nombre d’assiettes sales

Stéphane pour avoir réussi à prendre ses décisions seul devant le buffet

Simon qui préfère retarder son retour à Toulouse pour cause de mal de ventre

Ludo qui a fait exploser le nombre de ses entorses à son régime pour l’année.

Taguy pour ce super premier match

Composition:

Défense: Stéphane GAUTHIER, Pierrick FRANCESCHI , Mathieu LE GOFF, Frédéric BECQUIER,

Milieu: Alexis DUPLOYEZ , Stéphane WEZEL ,Simon MONDIN ,Jeremy SARDIN , Emilien MARTINEZ , Mathieu NIRASCOU , Ludovic BARAT

Attaque: Benjamin GRAND, Léo DALLET ,  Tanguy EVARD, Anthony BERNAD